Fanny 32 ans et son disque des Avocados

Fanny, inspectrice du travail, 32 ans, Pantin

« Je pense qu’on retrouve, malheureusement, un peu trop souvent ce genre d’attitude chez les disquaires… C’est pas forcément que du sexisme, mais c’est, par exemple, te regarder de haut, pas être sympa avec les clients, avec des gens qui viennent chercher des conseils, ou qui veulent découvrir des trucs… Et franchement, même à mon âge, en achetant des disques depuis vraiment longtemps, je continue d’être un peu intimidée à l’idée d’aller chez des disquaires. C’est quand même dommage… »

Ton premier contact avec un disque et le tout premier disque que tu as acheté ? Est-ce que tu l’as toujours ?

Mes premiers contacts avec des disques, c’était avec mes parents. Quand j’ai commencé à m’intéresser à leur discothèque, ils avaient déjà plus que des CDs, les vinyles étaient à la cave ou au grenier… J’ai écouté pas mal de musique avec eux, mon père m’achetait des disques, des trucs d’enfants… Mais on écoutait aussi leurs disques et ils écoutaient vraiment un peu de tout. Ils aimaient beaucoup Neil Young, les musiques américaines genre Crosby, Still et compagnie, et du punk aussi… Du punk anglais surtout, les Clash, les Jam… Et je pense que c’est par les Clash et par les Jam qu’ils sont venus au reggae. Ma mère est quand même restée un peu sur ses goûts de jeune fille, mais mon père, il s’est toujours beaucoup intéressé à la musique, donc il achetait plein de nouveautés, du rap américain, des trucs plus variét’, tout ça. Je pense que le premier disque que j’ai acheté, c’est quand j’avais gagné des sous d’un Morpion ou un Goal que mon père m’avait payé. Y’avait deux grilles, j’avais gagné 50 Francs sur chaque et j’avais demandé à mon père de m’emmener chez Planet R, le disquaire de Saint-Lô. J’avais acheté, si je me souviens bien, un disque de Queen et un disque de Mc Solaar. Je devais avoir entre 9 et 10 ans, un truc comme ça. Je pense que je les ai toujours… Après, on faisait discothèque commune avec ma soeur, donc peut-être que c’est elle qui a gardé le Mc Solaar, mais l’autre, le “News of the World” de Queen, je l’ai encore je crois…

La collection de disques de Fanny dans son salon

Quel support physique préfères-tu et pourquoi ?

Je dirai que c’est quand même plutôt les vinyles. Et dans les vinyles, je suis plutôt 45 tours, car je suis quand même très attachée aux chansons. Y’a plein d’albums que j’écoute, mais globalement, j’ai pas beaucoup d’albums adorés, je suis plutôt très “format chanson”. Et d’ailleurs, je suis souvent très embêtée que certains de mes morceaux préférés n’aient jamais existé en 45 tours, et donc, de ne pas pouvoir les avoir… Donc j’achète parfois des 33 tours juste pour avoir quelques chansons qui m’intéressent dessus. C’est pour ça que j’aime beaucoup les compiles ! A la fois les Best of d’un groupe – j’aime beaucoup ça – ou les compiles avec plein de morceaux d’artistes différents.

C’est quoi tes compiles préférées, du coup ?

Là maintenant, je sais pas trop de quoi je parlerai…Mais avant, j’étais vraiment à fond dans les compiles de girl groups sixties. Genre j’avais cette boîte, que je me suis achetée avec l’argent que ma mamie m’a offert à Noël il y’a très très longtemps. C’était un peu mon objet fétiche : la boîte à chapeau avec 4 volumes de girl groups américains – mais je crois qu’il y’a quelques groupes anglais aussi – son petit livret… C’était vraiment le coffret que j’aimais beaucoup montrer, que j’écoutais énormément. J’ai aussi beaucoup écouté les compiles “Girls in the garage”, surtout les volumes américains, et notamment un, que j’aime particulièrement. J’étais vraiment branchée là-dessus ! J’ai découvert plein plein de groupes et de chansons trop cool sur ces compiles.

coffret de girls group des années 60

Ca t’arrive d’acheter d’autres supports que du vinyle ? Et même, du digital ?

Je pense que j’ai jamais acheté un seul morceau en digital… J’ai déjà téléchargé un petit peu, mais vraiment très peu. J’écoute en ligne les morceaux que je ne peux pas trouver ailleurs, soit parce que c’est trop cher, soit parce que ça n’existe pas en 45 tours ou quoi. Par contre, ça peut encore m’arriver d’acheter des CDs, si par exemple, le vinyle n’est plus dispo, ou si ça n’existe pas en vinyle, ou que je tombe sur un CD et que c’est une occas’ car c’est un peu rare… Je me rappelle de CDs que j’ai acheté un peu comme ça, alors que c’était déjà une période où je n’écoutais déjà quasiment plus que du vinyle. Genre j’ai acheté un album de Weird War en CD parce que je l’avais trouvé, et je me suis même pas dit après que j’allais le chercher en 33 tours… J’avoue qu’une fois que j’ai les trucs en CD, je m’en contente… Ca m’est arrivé, peut-être une ou 2 fois pour des albums que j’adore, de les racheter en 33 tours, mais globalement, je suis pas spécialement fétichiste du vinyle… Même si je préfère le support.

Tu es sensible aux “éditions limitées” et collectors ? Pourquoi ?

Pas trop. J’avoue que je suis contente quand je vois que j’ai un disque un peu rare, qu’il est un peu dur à dégoter, ou que la pochette est trop belle… Mais après, je ne vais pas forcément le chercher. Par exemple, si j’ai une réédition d’un morceau que j’adore, je suis pas trop du genre à chercher à avoir l’original. Encore une fois, ça va avec ce que je disais avant, du moment que je peux écouter la chanson ou l’album, je me contente du support que j’ai. Du coup, j’ai assez peu de trucs comme ça. Y’a même parfois des disques, je ne savais même pas que c’était un peu collector. Le seul truc que j’ai acheté pour ça, c’est marrant mais je sais pas pourquoi, c’était “Group Flex” sorti chez Castle Face. Je sais pas, quand c’est sorti, j’ai eu trop envie d’avoir ce truc, j’ai cristallisé un peu mon attention là-dessus. Je crois que j’ai eu une lubie sur ce truc-là, je me suis dit “il me le faut absolument”. Alors même que j’allais aux Etats-Unis quelques mois après, j’avais des amis qui y étaient et qui allaient à San Francisco, et je leur ai dit “trouvez-le moi !” C’est vraiment une des seules fois où j’ai fait des pieds et des mains pour avoir un truc qu’en plus, j’ai pas écouté tant que ça, haha ! Et qu’en plus, j’ai retrouvé facilement chez des disquaires à Paris 2 ans après, haha… J’ai vraiment fait une fixette là-dessus, alors que c’est pas trop mon genre normalement. En plus maintenant, il est rangé, il prend la poussière avec mes autres disques sans trop que j’y fasse gaffe.

Fanny montre son "group flex" de Castle Face

As-tu déjà acheté un disque d’un groupe ou artiste que tu n’aimes pas juste parce que tu aimais bien l’objet ?

Non. Peut-être que ça m’est arrivé, dans des bacs de brocante ou un truc comme ça, mais c’était plutôt la curiosité d’écouter un truc parce que la pochette est cool, ou que le titre du morceau est cool, mais pas du tout pour avoir un truc rare ou quoi. J’ai jamais fait ça.

Est-ce que la pochette ou l’artwork est important pour toi ? Montre-nous tes pochettes préférées si tu en as.

Ouais, j’ai des pochettes préférées. C’est pas un truc qui va me faire forcément acheter un disque, mais y’a des disques, qui sont en plus parmi mes disques préférés – je pense à un 33 tours et un 45 tours – dont j’adore les pochettes. Je suis toujours un peu ravie de regarder ces pochettes et j’aime bien les sortir pour montrer aux gens à quel point elles sont géniales ! Y’a le disque des Avocados, je crois que c’est le disque que j’ai payé le plus cher, d’ailleurs… Et l’autre, qui a la particularité d’être un disque que j’avais en CD et que j’ai racheté en vinyle – ce qui est assez rare pour moi – c’est “Triggers” d’April March, dont je trouve la pochette vraiment magnifique. Celui-là, c’est vraiment un de mes albums préférés, un de ceux que j’ai le plus écouté…

les pochettes préférées de Fanny: the avocados et April march

C’est quoi le style le plus présent dans ta discographie ?

C’est, je dirai, les chanteuses et les années 60. Par rapport à ce qu’écoute la moyenne des gens, je pense que j’ai beaucoup plus d’artistes féminines et des trucs assez vieux, plutôt des années 60, voire encore plus vieux, notamment du jazz, du rock’n’roll… Mais j’ai aussi des trucs plus récents, genre April March, Fabienne Delsol, des trucs comme ça.

Et donc, quel est ton disque préféré ?

Je pense que c’est mon disque de The Avocados. Parce que vraiment, je trouve que le disque est trop beau, que la chanson est géniale… A tel point que je me dis, même si je n’ai jamais composé de musique, que si j’avais du écrire un morceau un jour, j’aurai aimé que ce soit celui-là.

Fanny et son disque préféré : the Avocados

Il y’a d’autres disques auxquels tu tiens particulièrement ?

Oui, il y’a ces 3 disques de Claudine Longet. C’est marrant, je les ai trouvés tous les 3 à San Francisco chez Amoeba, alors que ce sont des disques français. J’étais assez étonnée de les trouver là-bas, à très peu cher. Même si, je sais pas, peut-être que ça ne vaut pas beaucoup plus cher que ce que je les ai payés… Mais je sais pas, je suis tombée dessus là-bas, et maintenant ils ont beaucoup de valeur pour moi.

Fanny et ses disques de Claudine Longet

Y’a-t-il un concept de disque que tu as trouvé ridicule ou au contraire génial ?

Le concept-album que je retiens, c’est un truc que j’ai découvert grâce à ma copine Jessica quand j’habitais à Bruxelles : c’est ce coffret des Magnetic Fields qui s’appelle “69 love songs”. Ce sont 69 chansons qui parlent toutes plus ou moins d’amour. Je ne vais pas dire que tout est génial sur les 69 chansons, mais quand même, la grosse majorité sont des chansons que j’adore.

Magnetic Fields, coffret 69 love songs

Montre-nous comment sont rangés tes disques. As-tu un rangement particulier ?

Non. Enfin, là, j’ai essayé d’en faire un en prévision de l’interview, mais sinon… Dans les faits, j’aimerais bien qu’ils restent à peu près rangés comme ça : j’ai fait un rangement basique, par période, et dans les périodes, par pays. Et j’ai essayé de mettre ensemble les groupes de meufs… Mais après, c’est aussi un truc perso… Genre il va y avoir des groupes des années 80 que je vais plus mettre avec le punk, parce que c’est là que j’ai envie d’aller les chercher. Donc c’est un classement assez subjectif avec, quand même, une base pour pouvoir les retrouver facilement. Mais j’arrive pas très bien à me tenir aux classements… J’essaye d’avoir une logique de base, mais elle n’est pas très très respectée. Je ne suis pas très minutieuse, maniaque, méticuleuse, là-dessus. Pas du tout, haha !

Les disques de Fanny 32 ans

Comment est-ce que tu te renseignes sur les sorties ? Est-ce que tu planifies tes achats de disques ?

Pas du tout, je ne planifie pas du tout ça. J’achetais beaucoup plus de disques à un moment, moins maintenant. J’ai l’impression d’en acheter surtout quand je suis à l’étranger, quand je découvre de nouveaux disquaires dans de nouvelles villes… Ou dans les concerts, aussi. Mais c’est assez rare que je planifie. Pourtant, je pourrais le faire, mais je ne suis pas du tout du genre à tenir des listes… Donc c’est très très aléatoire, en fonction de ce que je trouve, au moment où j’ai, et des thunes, et le temps, et l’envie d’aller chez un disquaire. Ce qui fait que dans les faits, je me fais rarement la tournée des disquaires à Paris. Mais par contre, je vais pouvoir dépenser, je sais pas, 80 balles, ou bien acheter plusieurs disques d’un coup, quand je découvre un nouveau disquaire. Comme par exemple, chez ce disquaire que j’avais découvert à Limoges et qui était trop bien, un disquaire associatif, Undersounds. Les mecs sont super sympa, ce qui n’est pas toujours le cas je trouve chez les disquaires… Ils avaient plein de trucs, ils étaient gentils, les disques étaient pas très chers… Donc pour le coup, j’étais super contente d’acheter des disques chez eux !

Du coup, tu n’as pas vraiment de budget mensuel ?

Non, pas du tout. Parfois, je regrette de ne pas dépenser plus là-dedans, plutôt que dans d’autres trucs, auxquels finalement, j’accorde moins d’importance après coup, comme des fringues… Je me dis que vu comme je suis contente d’avoir certains de mes disques, c’est peut-être dommage de ne pas plus dépenser d’argent là-dedans.

Fanny et ses disques des Ronettes

Comment appréhendes-tu le décalage entre le disque et le groupe en live ? Tu attends quelque chose de différent de la part du groupe que tu vois en concert ?

Je me le demande… Je suis hyper fan des White Stripes et de Jack White, et je tiens vachement à leurs morceaux, il y’en a plein qui sont assez importants pour moi. Et j’avoue que je trouve ça assez cool qu’en concert – j’ai du voir deux fois les White Stripes et une fois Jack White – ils ont ce truc de faire des medleys de leurs morceaux. Alors c’est vrai que ça a un côté parfois un peu frustrant de ne pas entendre en entier le morceau que tu aimes trop, mais je trouve l’idée assez chouette en fait. Vu qu’il écrit plein plein de choses, ça permet d’entendre un peu tout. C’est peut-être sa petite fantaisie, ce petit truc qui l’excite dans le live. Après, des groupes que j’ai écouté et que j’ai vu en live, et par lesquels j’aurai été super déçue, j’ai pas trop d’idées qui me viennent comme ça… Par contre, à l’inverse, y’a un groupe que j’ai vu les deux fois qu’ils sont venus à Paris et dont j’ai jamais eu spécialement envie d’acheter les albums parce que je les trouve vachement moins bien qu’en live, c’est Downtown Boys. Sur scène, ça claque, leur dernier concert au Point Ephémère était vraiment mortel, et pour autant, ça ne me donne pas envie d’acheter leurs albums. La super énergie que je vois en live, j’ai l’impression qu’elle n’est pas là sur les disques.

Les coffrets de CDs de Fanny

Et selon toi, qui sont les meilleurs disquaires dans Paris, et ailleurs ?

A Paris, je pense que c’est Pop Culture. Et malgré tout, ça fait super longtemps que je n’y suis pas allée ! En fait, ça fait super longtemps que je ne me suis pas fait les disquaires parisiens pour aller acheter des disques. Sinon, l’autre disquaire dont je parlais, Undersounds à Limoges, que j’ai découvert cet été et que je trouve super bien. En ce moment, je suis à Bordeaux toutes les semaines, et c’est marrant parce que je connais Total Heaven depuis longtemps, mais j’avais complètement zappé que c’était à Bordeaux, haha ! Et ça m’a rendue trop contente quand j’ai réalisé que comme j’y étais toutes les semaines, j’allais pouvoir aller dépenser mes sous chez Total Heaven ! J’en ai vraiment le souvenir d’un disquaire hyper sympa, hyper ouvert, hyper gentil et tout. Alors que comme je le disais, c’est vraiment pas le cas de tous les disquaires… Parfois, je me suis vraiment pris des réflexions ou alors, j’ai vu des attitudes qui ne m’ont pas du tout donné envie d’y retourner. Y’a un disquaire qui a vraiment plein de trucs Place de la Bourse à Bruxelles, mais alors le mec qui m’avait servie avait vraiment été super condescendant avec moi, et j’avais l’impression que c’était parce que j’étais une fille… Je lui ai demandé s’ils avaient du Jody Reynolds et il m’a tout de suite dit “ah oui, c’est une chanteuse yé-yé” avec un air un peu dédaigneux, alors je lui ai répondu “non, pas du tout, c’est un artiste américain du début des années 60”, haha. En fait, il a du avoir l’impression de se faire moucher ou je sais pas quoi, parce qu’il est devenu super désagréable, et moi ça m’a pas du tout donné envie d’acheter mes disques là-bas… Et je pense qu’on retrouve, malheureusement, un peu trop souvent ce genre d’attitude chez les disquaires… C’est pas forcément que du sexisme, mais c’est, par exemple, te regarder de haut, pas être sympa avec les clients, avec des gens qui viennent chercher des conseils, ou qui veulent découvrir des trucs… Et franchement, même à mon âge, en achetant des disques depuis vraiment longtemps, je continue d’être un peu intimidée à l’idée d’aller chez des disquaires. C’est quand même dommage…

Mais sinon, je repense aussi à une anecdote très drôle, haha… J’étais chez Rennes Musique, le disquaire qui avait vraiment pignon sur rue à Rennes, et qui a fait ses dernières années quand j’étais encore étudiante là-bas… J’achetais vraiment beaucoup de trucs chez lui, des CDs, des vinyles… Le mec était vraiment super gentil, une vraie figure de Rennes. Un jour, j’étais dans sa boutique et il met un truc, et là, je sais pas, j’ai eu l’impression de vraiment découvrir quelque chose. Genre tout de suite, l’émotion intense où tu te dis : “j’ai trop de bol, je suis dans ce magasin et y’a un truc trop bien qui passe donc je vais pouvoir demander au disquaire ce que c’est, et l’acheter sur le coup. C’est vraiment trop cool ! ” Donc je vais le voir émerveillée et je lui demande “mais c’est quoi ce groupe trop bien ?” – je précise que j’écoutais déjà de la musique depuis assez longtemps – et là, il me regarde et il me dit, très gentiment pour le coup : “c’est les Rolling Stones” hahaha… Alors que j’avais vraiment l’impression de découvrir un truc de dingue, haha, c’était drôle ! Et que c’est juste le groupe le plus connu du monde… Pour le coup, c’était vraiment cool de tomber sur un disquaire aussi gentil dans ce contexte, parce que j’imagine pas, sinon, la réaction des gros connards dans la même situation !
Si je reviens à la question sinon… J’aime bien le disquaire qui fait aussi bar à Berlin, Wowsville, ou sinon, Groovie Records à Lisbonne, qui est aussi un label.

Home is where the record player is : est-ce que ça te parle ?

C’est marrant parce que j’y ai réfléchi, je me rappelais qu’il y’avait cette question-là dans l’interview… Tu vois par exemple, ça fait 3 semaines que je ne suis pas du tout chez moi, parce que je suis à l’hôtel à Bordeaux la semaine, et ça fait pourtant 3 semaines que j’oublie d’emmener mon enceinte pour écouter de la musique, haha… En fait, je ne suis pas quelqu’un qui a besoin d’écouter de la musique tout le temps. Je réserve vraiment ça à des moments un peu précis, particuliers… Mais malgré tout, je pense que si je devais m’installer quelque part, dans un nouvel appart, dans une nouvelle vie, ça voudrait quand même dire pour moi emmener tous mes disques. Mais ça serait, je pense, au même titre que certains objets, certaines fringues, certains trucs qui sont vraiment importants pour que, en effet, je me sente chez moi.

Fanny qui fouille dans sa discothèque de vinyles

Justement, c’est quoi pour toi la meilleure façon d’écouter un disque ?

Je pense que ce serait de profiter d’un DJ set où tu aurais sélectionné tous tes disques préférés, mais que quelqu’un d’autre les passe pour toi. Comme ça, tu peux en parler, les savourer à fond, ou danser dessus quand tu en as envie… Pour moi ça serait génial, presque un luxe, d’avoir tout préparé à l’avance pour ensuite être déchargée du truc.

C’est quoi ta platine et qu’est-ce qui tourne dessus en ce moment ?

Sur ma platine, c’est Claudine Longet qui tourne en ce moment, et la platine, c’est Antoine (ndlr : son copain) qui l’avait achetée. C’est du matériel vintage, des années 70. L’ampli, c’est un truc vintage aussi qu’on a acheté chez Mood, à côté d’ici, qui est à la fois disquaire et vend du matos hifi. Et les enceintes, je les ai trouvées dans la rue à Bobigny. Elles avaient dues être déchargées d’un appartement d’une mamie qui avait crevé ou un truc comme ça. J’ai bien fait de les prendre car c’est vraiment des enceintes de qualité ! Autrement, j’adorerais vraiment avoir un électrophone à piles… Un truc que je pourrais vraiment trimballer partout.

la platine vinyles vintage de Fanny

Quelque chose à rajouter ?

Je me suis demandée qu’est-ce que je sauverais de ma discothèque si j’avais 5 minutes pour attraper des trucs avant que mon appartement n’explose, et je n’ai jamais réussi à répondre à cette question. Mais quand même, je me rends compte que je sais toujours, à peu près, où est rangé mon disque des Avocados, pour pouvoir le trouver facilement… J’ai donc vraiment un attachement particulier à ce disque.

Publicités

1 réflexion au sujet de “Fanny, inspectrice du travail, 32 ans, Pantin”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s